Du thé, benjamin franklin, et la déclaration d'indépendance

Découvrez le rôle du thé dans l'histoire d'indépendance Américaine ! 

Comme nous l’avons constaté dans notre article « le thé dans l’histoire », le thé a traversé les âges.

Souvent simple anecdote, ou péripétie dans des parcours de vie de certaines personnalités fictives ou réelles, le thé a parfois été aussi acteur de l’Histoire !

Boston Tea Party

Alors lorsque l’on parle d’Amérique, d’Amérindiens, de Benjamin Franklin, et de guerre d’indépendance Américaine, on ne pense pas forcément au thé, et pourtant !

 La Boston Tea Party 

Nous allons donc resituer le contexte.

Entre le 16e et le 17e siècle, sur fond de course à la puissance économique mondiale, en compétition avec d’autres pays Européens tels que la France et l’Espagne, la Grande-Bretagne détient 13 colonies en Amérique du Nord :

La Virginie, le Massachussetts, le New Hampshire, le Maryland, le Connecticut, Rhode Island, le Delaware, la Caroline du Nord, la Caroline du Sud, le New Jersey, New York, la Pennsylvanie et la Géorgie

nouvelle angleterre

Ces colonies (en rouge foncé) se situent donc sur la côte Est Américaine, comme le montre cette carte.

Toutes ces colonies comportent des histoires et des évènements forts intéressants, néanmoins nous allons nous concentrer sur une province (ensemble de colonies) en particulier, la province de « Nouvelle-Angleterre ».

La Nouvelle-Angleterre, c’est le New-Hampshire, le Massachussetts, le Connecticut et Rhode Island réunis.

Dans cet ensemble de colonies, nous retrouvons la ville la plus peuplée, Boston.

 Colonisation et mixité 

Avant toute chose, il est important de savoir qu’au début de la colonisation, les terres étant encore très peu fertiles pour l’agriculture (pour la Nouvelle-Angleterre), les colons de cette région durent s’orienter sur le commerce pour subsister à leurs besoins, en profitant de l’accès direct à la côte, les échanges maritimes étant ainsi largement facilités (ainsi que la pêche).

Durant la première phase de colonisation, les promesses d’un avenir meilleur (pour fuir les problèmes de sociétés de leurs pays d’origines) et de richesses, confèrent aux colonies des expansions très rapides dût à une arrivée toujours plus importante de colons. A titre d’exemple, pour la Nouvelle-Angleterre, on estime que la population est passée d’environ 90 000 habitants à plus de 600 000 en moins de 100 ans.

La révolution et la déclaration d’indépendance étant un sujet très complexe et très dense, des sites et articles d’Histoire expliqueront et détailleront bien mieux cet événement historique.

Quoiqu’il en soit et pour faire simple, certaines tensions naissent de la mixité de religions, de statuts et de coutumes de différents pays (les colonies accueillant des peuples de toutes origines), tout ceci étant donc sous autorité de l’Angleterre. Ce «mélange de peuple» donc, vit naître un sentiment d’appartenance à l’identité « Américaine », et non plus à l’Angleterre, qui elle imposait différentes lois (et taxes), faisant naître un début de colère parmi les colons.

boston

 thé, commerce et liberté : 

Pour asseoir son autorité et renflouer les comptes du Royaume, l’Angleterre se sert de son droit de taxes pour les appliquer et les intensifier sur les colonies, c’est ainsi que nous en arrivons à notre sujet, la Boston Tea-Party.

Parmi les taxes, nous retrouvons la taxe sur le thé (tea act), qui devient la taxe la plus élevée parmi les produits du commerce.

La Compagnie anglaise des Indes orientales, importateur de thé aux colonies via des cargaisons transportant d’importants stocks, fut tout simplement boycottée par les habitants, avec comme tête de proue John Hancock en protestation de ladite taxe. Parallèlement, un réseau de vente de contrebande de thé fut mis en place.

La couronne (le gouvernement Britannique), pour pallier au problème, exempta la Compagnie anglaise des Indes orientales de cette taxe, afin de pouvoir écouler les stocks de thés à des tarifs inférieurs aux marchands indépendants ainsi que casser le marché de contrebande, et de prendre le monopole sur ce marché.

Sur un fond de colère et de crainte vis-à-vis de la liberté du commerce, déjà fortement présente parmi les colons, cette dernière action mis le feu aux poudres, dans tous les sens du terme, et tout marin de cette compagnie anglaise des indes orientales (et autres représentants des impôts) étaient fortement susceptibles de subir de terribles conséquences.

rebellion the

 Cargaison de thé, benjamin franklin, et déclaration d’indépendance 

Pour apaiser les tensions, l’Angleterre décida de supprimer une grande partie des taxes appliquées, mais laissa tout de même la taxe sur le thé.

C’est ainsi que pas moins de trois navires chargés de thés débarquèrent à Boston.

En guise de protestation, un groupe d’habitants de Boston (déguisés en Amérindiens pour susciter la peur) s’introduisit sur les différents navires, et jetèrent par-dessus bord la cargaison de thé, estimée à pas moins de 45 tonnes.

 En retour, l’Angleterre décida de fermer le port de Boston, et d’appliquer de nouvelles restrictions nettement plus sévères, et le roi Georges III, demande aussi le remboursement du thé détruit, ce que Benjamin Franklin se proposa de faire.

Benjamin Franklin

Suite à ces sanctions, l’ensemble des colonies décident de mettre fin à l’oppression de la couronne et formulent diverses demandent de libertés. Le Roi Georges III les refusent et déclare les colonies en état de rébellion, c’est le « début » de la guerre d’indépendance.

roi georges 3

 Anecdotes 

Pour la petite histoire, suite à ces évènements et pendant de nombreuses années, boire du thé était mal vu (anti patriotique), et fut remplacé par du café.

Aujourd’hui encore la Boston Tea Party fait office de référence pour différentes protestations Américaines, et à plusieurs reprises l’objet des contestations (comme une loi sur des taxes) est jeté à l’eau dans le port de Boston (comme en 1998 par exemple).

Un timbre est crée à l'effigie de cet évènement:

Nous connaissons aussi tous la fameuse statue de la liberté, offerte par la France à l'occasion des 100 ans de la déclaration d'indépendance des états-unis.

statue de la liberté